Les opinions et les faits

 

Cela peut être difficile pendant un moment, de faire la part dans ce qui est observé entre la constatation des simples faits de ce qui est et celle des faits issus des opinions ou jugements.

L'observation de ce qui est, est en réalité simple: elle ne constate que ce qui est. Les faits constatés représentent ce qui est, quelle qu'en soit l'origine.

La difficulté est de savoir s'ils sont là issus de l’immédiateté ou s'ils sont là en réponse à un jugement, une opinion. En effet, la réponse réactive à ce type de chose peut être si rapide qu'elle seule est vue, il y a rideau sur son origine mentale.

Les faits issus de la pensée égotique sont empreints de tensions, crispations car sont en opposition à ce qui est naturellement. Il est donc facile de les reconnaître. Toute action empreinte de tension, résistance, fermeture prend donc sa source en une pensée bloquante. Par l'investigation à partir de la présence écoutante et observante on peut remonter le fil de sa création et retrouver le jugement originel.

 

En remboîtant régulièrement l'écoute naturelle que nous sommes, il devient possible d'identifier les pensées génératrices des faits réactifs. Ainsi l'activité mentale est identifiée avant même que la réaction ne naisse. Quand cela est vu, la pensée disparaît emportant avec elle la réaction avortée avant même que cette dernière n'ait pu voir le jour.





Les points de vue, le relationnel (janv 2015)


Quand il y a ego : 

L’idée sous-jacente est qu’il n’y a qu’un seul point de vue qui soit juste, il faut donc tendre à ce seul point de vue. Certains semblent détenir le point de vue, ce sont les personnages « enseignants, thérapeutes, guides »*, ceux qui savent ; d’autres non, ce sont les apprentis, élèves, disciples etc..*. Quand 2 egos croient détenir le point de vue ultime cela génère opposition, contestation, frictions,  guerre  pour affirmer le point de vue gagnant c’est-à-dire celui qui semble être vrai. Ceci au sein même d’un seul individu ou entre plusieurs individus, ce qui revient au même.

*à ne pas confondre avec « enseignement, guidance, thérapie » etc.. qui est en l’absence du personnage. Même remarque pour les élèves etc..


Quand l’ego est absent et que seul l’impersonnel est là :

Il y a des points de vue différents sans jugement de valeur sur chacun, c’est juste la constatation que l’on peut voir les choses de multiples façons.

Lorsque 2 points de vue se rencontrent, ils s’enrichissent mutuellement en prenant ou délaissant les informations qui sont apportées par l’autre point de vue, il n’est pas nécessaire que de deux il ne reste qu’un seul, ils peuvent rester différents tout en s’étant modifiés (ou pas) cela ne pose aucun problème. Chaque point de vue est respecté, il n’y en a pas un qui cherche à convaincre ou s’imposer. 


Ainsi ce qui veut aboutir à une fusion de point de vue ou s’imposer ou convaincre est du registre de la personne (qui s’approprie le point de vue)  mais non du point de vue lui-même.



En matière d’ultime, 

aucun point de vue ne peut être juste car l’ultime n’est pas un point de vue mais un vécu. Les points de vue ne sont que des panneaux indicateurs pointant vers l’ultime. Ces panneaux peuvent être multiples, il n’y en a pas un meilleur qu’un autre, en cela ils rejoignent ce qui a été dit ci-dessus. En revanche, l’ultime est un, il est pur vécu présence conscience. A ce « niveau » il n’y a ni conflit ni contestation car il est reconnu que tout est cela.






 

 

 

Le fait de maintenir ce site en ligne est payant.

Tout ceci fait partie de mon travail. 

 

Pour soutenir ce site:

merci de votre

 DONATION


 

Pour connaître les activités de Dayana, rendez vous sur le site  " Êtreté" :

 

www.etrete.com

"Je" suis ce qui voit tout ce qui est vu. "Je" est sans identité.

 

Tout ce qui est vu appartient au film, est géré par le film, nait vit et meurt dans l'instant.

 

Même le parcours de réaliser tout cela appartient au film.....