Une seule et même conscience

 


Arrière-plan immuable, où tout nait vit et meurt à chaque instant.

Tout ce qui nait, vit et meurt, même s'il a une forme, une apparence, est de même nature que l'arrière-plan.

Cette conscience donne parfois l'impression d'être comme différente, c'est qu'on la réfère à ce qu'elle observe et non pas à ce qu'elle est.

Que le regard voit le paysage devant les yeux ou les pensées qui traversent ou le fonctionnement de tel ou tel personnage ou un ressenti, une émotion, un sentiment ou que le regard perçoive l'absence de perception comme dans le sommeil sans rêve, il est exactement le même.

On a parfois l'impression que c'est lors d'expériences de dilatation, de « no limit » que l'on rencontre par exemple au cours de méditations ou bien que c'est lorsqu'on voit l'absence d'individu "moi", de séparation, que c'est là qu'on est vraiment ce que l'on est. Et bien non ! On est déjà ce que l'on est, cette conscience  d'arrière-plan même quand on se sent un individu séparé ou que l'on vit de la réactivité. L'arrière plan a alors en son sein des formes mentales, des pensées qui parlent de séparation, formes qui sont rendues comme "vivantes" par cette conscience qui les voit et les abrite.

Il n'y a aucune condition pour être ce que l'on est. Tout est vu et se vit à partir de cela, de l'état le plus fluide à l'état le plus figé.

La différence dans le vécu concerne juste les états: réaliser clairement que l'on est cet arrière-plan à tous les états et non pas les états isolés eux-mêmes, permet juste de ne plus s'approprier ces états qui sont rendus à l'intelligence propre de la création.

 

 

                                                                   -----------------------------------------

 

 

 

Il y a vision: la vision est impersonnelle, elle ne peut se saisir, elle est directe sans affect, sans choix, sans jugement ni complaisance.

L'écoute, elle aussi, est  impersonnelle, elle ne peut se saisir, elle est directe sans affect, sans choix, sans jugement ni complaisance.

Il y a l'attention, toujours  impersonnelle, elle ne peut se saisir, elle est directe sans affect, sans choix, sans jugement ni complaisance.

L'observation est  impersonnelle, elle ne peut se saisir, elle est directe sans affect, sans choix, sans jugement ni complaisance.

La contemplation est  impersonnelle, elle ne peut se saisir, elle est directe sans affect, sans choix, sans jugement ni complaisance.

La présence est toujours  impersonnelle, elle ne peut se saisir, elle est directe sans affect, sans choix, sans jugement ni complaisance.

Être est  impersonnel,  ne peut se saisir, et est direct, sans affect, sans choix, sans jugement ni complaisance.

La conscience  est impersonnelle, elle ne peut se saisir, elle est directe sans affect, sans choix, sans jugement ni complaisance.

Ce qui est,  est impersonnel, ne peut se saisir, est direct sans affect, sans choix, sans jugement ni complaisance.

etc....

 

 

Tout est identique,  une seule et même conscience.

 

 

 

Le fait de maintenir ce site en ligne est payant.

Tout ceci fait partie de mon travail. 

 

Pour soutenir ce site:

merci de votre

 DONATION


 

Pour connaître les activités de Dayana, rendez vous sur le site  " Êtreté" :

 

www.etrete.com

"Je" suis ce qui voit tout ce qui est vu. "Je" est sans identité.

 

Tout ce qui est vu appartient au film, est géré par le film, nait vit et meurt dans l'instant.

 

Même le parcours de réaliser tout cela appartient au film.....